Blog

Exposé complet sur le Japon Impérialiste

 

 

INTRODUCTION

 

Lorsque la seconde guerre mondiale débuta la 1er Septembre 1939 en Europe, le Japon était déjà en guerre depuis un certain temps. La guerre sino-japonaise avait commencé en 1937, et la présence militaire japonaise sur le continent asiatique fut incorporée à la guerre de 1939-1945, lors de l’attaque japonaise sur Pearl Harbor. La participation du Japon à cette guerre ne serait donc qu’une étape inévitable dans le processus d’expansion qu’il s’est établi.

En tenant compte de la position du Japon au début du XXe siècle, alors qu’il devenait une puissance mondiale des suites de son ouverture au monde au siècle dernier, le début de l’expansion japonaise sur le continent asiatique sera exposé. Ensuite, la monopolisation du pouvoir effectif du Japon par les militaires pendant les années 1930 sera présentée comme étant la raison de l’apogée de la politique étrangère expansionniste, qui permettra au Japon de mettre la main sur la Mandchourie, une bonne partie de la Chine, et des colonies européennes, forçant alors la participation à la Deuxième Guerre mondiale.

 

 

  1. I) LE JAPON AU DEBUT DU XXEME SIECLE

 

1- Héritage du XIXème siècle

 

Depuis l’arrive de Perry à Edo en 1853, le Japon à subi de grandes transformations au sein de sa société, conséquences de l’ère Meiji qui ouvrit le pays au monde occidental. L’influence de cette ouverture aux modèles occidentaux (notamment prussien). Cependant, l’âme japonaise ne fut pas aussi rapide à s’adapter aux changements. Le shogunat ne fut abolit qu’en 1867 et la mentalité guerrière plus que millénaire des japonais ne s’effaça pas automatiquement pour autant. Les valeurs militaires restèrent donc bien en vue, et furent incorporé au nouveau gouvernement, tout en gardant une certaine autonomie.

Sur le plan économique, l’ouverture du Japon et sa réorientation vers une économie de production industrielle entraînant une certaine période de prospérité pour le pays. Ce furent surtout les clics financières (Zaïbatsu) qui en profitèrent, plutôt que le peuple, mais le pays s’enrichi graduellement. C’est alors que certains besoins se firent sentir pour ce petit pays. Une démographie trop importante pour ses capacités, additionnée à la monté de puissance du Japon (en tant que pays asiatique le plus moderne), redonnant une volonté expansionniste à ce pays retiré, afin de combler ses divers besoins en matières premières et pour installer sa population.

 

2- l’expansionnisme sur le continent asiatique

 

La première victime du japon fut la Corée, qu’il débarrassa des Qing de la chine en 1895, et y établie une sorte de protectorat avant de l’annexer purement et simplement en 1910.Il y eu aussi la guerre avec les Russes en 1904-05, qui fut gagné par les Japonais à la surprise de tous, et qui plaça le Japon comme une puissance d’envergure sur le plan mondiale. A ce moment, une certaine mentalité commençait déjà à se propager parmi les mentalités japonaises, comme quoi le Japon devrait instaurer un ordre nouveau en Asie. Etablissement d’une ‘’sphère de coprospérité en Asie orientale’’ fit donc tranquillement son chemin comme raison de l’expansionnisme japonais .

La première guerre mondiale donna une bonne poussée au Japon qui, en se plaçant au coté des Alliés, réussit à mettre la main sur les possessions allemandes en Asie, ce qui permit d’installer une plus grande présence japonaise sur le continent (notamment sur les rives de la mer jaune).A partir de ce moment, les Occidentaux prirent conscience de la réelle puissance (ou menace) du Japon en Asie, et commencèrent à s’y intéresser un peu plus.

Pendant cette période, le pays fut assez bien contrôlé par le parlement dont il s’était doté en 1890.Alors que la prospérité des années 1920 permettait cette façon de gouverner sans trop de résistance, la crise économique de 1929 allait remettre en question la nouvelle société industrielle et parlementaire japonaise. Pour se protéger d’une telle situation désastreuse pour ce pays dépendant du marché international, le retour aux valeurs traditionnelles guerrière était dans l’ordre des choses. L’expansion était donc la meilleur solution pour résoudre les problème du Japon impérial, soit l’instauration d’un nouveau ordre impérial en Asie, soit l’Asie aux asiatiques( sous la gouverne du Japon…).

Cette sphère de coprospérité asiatique avait aussi des origines économiques. Les zaïbatsu avaient beaucoup investi en Chine (plus particulièrement en Mandchourie), et en leur qualité de trusts financier géant, affiliés de prêts à l’armée japonaise en tant que fournisseurs privilégier de produits et services, il n’en fallait pas beaucoup plus pour que les militaires entreprennent de nouvelles conquêtes pour leurs ‘’ commanditaires’’, tout en répondant a leurs instincts guerriers.

 

  1. II) L’ARMEE AUX COMMANDES DU PAYS

 

1- La Mandchourie

 

 

Depuis la guerre sino-russe la présence japonaise a Mandchourie se faisait plus courante’ et elle prit de plus en plus d’importance à partir de la première guerre mondiale. La construction des chemins de fer en Mandchourie, et la possession japonaise nécessitait une ’’ protection’’ de l’armée impériale, dont la division du Kwantung allait s’occuper avec grand plaisir. En fait, l’armée du Kwantung allait tout simplement prendre de plus en plus place, et d’autorité sur les régions où elle était situé. Elle devint de plus en plus indépendante de Tokyo (et plus puissante), et agissait en fonction autonome sans tenir compte du parlement. Les militaires agissaient pour leur pays mais son consentement !

Dans la nuit du 18 septembre 1931, un incendie près de Mukden, la capitale de la Mandchourie, servit de casus belli au japonais pour prendre le contrôle de la région, et permit à l’armée de ce déployer ‘’ en toute légalité’’ afin de mieux protéger les intérêt japonais. En quelques mois la Mandchourie était entièrement en leur contrôle. En février 1932, L’ETAT du Mandchoukouo était créé avec l’ancien empereur chinois Pu-Yi à sa tête, sous la protection du Japon, afin de légaliser la position des attaquants sur le plan international. En réalité, se territoire était maintenant considéré par les Japonais au même titre que la Corée, soit une possession de l’empire. La réaction Chinoise fut assez faible, en raison de la guerre civile en Chine. L’invasion et la prise de possession de la Mandchourie avait totalement réussit pour le Japon. L’annexion de la province voisine de Jehol en 1933 permis de stabiliser les frontières au détriment de la Chine. Avec des incursions en Chine du Nord, et de nouvelles revendications Japonaises, les nationalistes faibles ne peuvent qu’accepter l’ingérence de l’envahisseur dans l’administration, en nommant des Japonais pour les postes de hautes décision dans cette région. Les Japon a donc réussit à mettre la main sur d’immenses territoires regorgeant des ressources naturelles indispensables pour l’économie japonaise. De plus, il étant par la même occasion son hégémonie sur une plus grande surface.

 

 

 

 

2- La Chine

 

Le nouvel incident près du pont Marco Polo le 7 Juillet 1937 servi les intensions (toujours) expansionnistes des Japonais, qui décidèrent de déclancher une véritable guerre, en espérant pouvoir en finir une foi pour toute avec les Chinois. L’avancé Japonaise fut fulgurante, alors que l’armée prenait le contrôle des voies de communications et des grandes ville, tel que Pékin, Shanghai (qui résista pendant trois mois), et finalement Nankin, la capitale provisoire (au prix de terribles massacres). Tchang Kai-Chek la déplaça plus à l’Est sur le fleuve Yangtsé, à Hankow : depuis son alliance forcé avec les communistes en 1936, les Chinois offrais maintenant un front assez unis conte les Japonais mais leur grand nombre d’effectif compensait difficilement le sous équipement des troupes Chinoises. Les Japonais pouvaient ainsi s’enfoncer à l’intérieur du pays assez facilement alors que les Chinois fuyaient, en espérant que la grandeur de leurs territoires avale les troupes ennemies.

Alors que la résistance Chinoise s’organisait, les Japonais eux croyaient pouvoir convaincre assez rapidement les Chinois de rejoindre l’ordre nouveau de l’Asie. Ils tentèrent à quelques reprise de mettre un terme à la guerre qu’ils avaient provoqué, afin d’instaurer la ‘’sphère de coprospérité asiatique’’ d’une façon paisible, mais sans succès. Le Japon se retrouvait pris à son propre jeu, et se devait de continuer dans la voie qu’il s’était choisie. En effet, trop de capitaux et d’hommes avait été investi da cette entreprise de conquête et il n’était pas question d’arrêter les frais et de revenir au statu quo ante bellum ; sans perde la face devant le monde

(Ce qui est impensable pour les Japonais), et des capitaux faramineux engloutis dans cette aventure.

 

  1. Les possessions occidentales

 

Cependant, après la chute de Canton en octobre 1938, les Japonais se rapprochèrent de l’Indochine Française, et des colonies anglaises et néerlandaises. Les militaires avaient comme but de poursuivre cette lancée de conquêtes territoriales, ce qui leur permettrait de mettre la main sur plusieurs sources de pétrole, et de matières brutes (comme le caoutchouc) indispensable à l’industrie militaire et a l’économie du pays. Les Européens commençaient à voir d’un mauvais œil la présence Japonaise si près de leur intérêt en Asie et dans le pacifique, mais leur attention se détourna assez rapidement vers la situation sur le continent Européen, avec la monté d’Hitler, et le risque grandissant d’une nouvelle guerre.

Voyant les hésitations des Européens, les Japonais attendirent un dénouement pour se prononcer. Lorsque l’Allemagne conquis l’Europe de l’ouest à la fin du printemps 1940, le Japon décida de prendre le contrôle des colonies Européennes, privé d’un support de leur colonisateur terrasser. C’est ainsi que l’Indochine permit aux militaires Japonais l’utilisation de bases navales et surtout d’aéroports, essentiel pour la suite de l’invasion Japonaise du pacifique du sud-ouest.

Ce fut les Japonais eux même qui aidèrent la cause des occidentaux en attaquant les Etats-Unis, forçant du même coup l’entré de l’Amérique dans la deuxième guerre mondiale. Depuis les premiers accrochages en Asie entre Chinois et Japonais, les Américains essayaient de ne pas s’en préoccuper, les partisans de l’isolationnisme étant trop puissant au pays. Malgr2 sa volonté de remettre le Japon à sa place, ou tout au moins de contenir, le présidant Franklin D. Roosevelt avait les mains liées par le congrès. Ce n’est qu’après un intense lobbying de la part de Shang Keit-Chek pour la cause Chinoise, ainsi qu’une prise de conscience du ‘’péril jaune’’ du pacifique, que les Etats Unis commencèrent à imposer des restrictions économiques, et un blocus sur certains matériels d’usage militaire ainsi que le carburant. Une telle position prenait le Japon à la gorge car sa marine dépendait grandement du carburant américain : il lui fallait donc utiliser la force pour s’en emparer.Tout en essayant de faire revenir les Etats-Unis sur leur décision en usant de diplomatie, le Japon mit sur pied un plan d’attaque contre eux. Malgré des pour parlé qui durèrent des mois, la décision de s’attaque au géant américain était presque incontournable. Une attaque du style blitzkrieg dans le pacifique lui permettrait de mettre la main sur les îles du pacifique ouest, tout en supprimant la présence américaine dans l’immédiat. Les Japonais espéraient ainsi placer les Etats-Unis devant le fait accompli avant que sa puissante industrie se mette en marche, l’obligeant à accepter l’ordre nouveau imposé par le Japon sana s’y attaquer. Un tel plan concevait une attaque rapide et destructrice, qui ne rendait possible aucune erreur qu’en ta son application.

Il fallait vraiment que le Japon soit dans une situation difficile pour prendre une telle décision. Les japonais y voyaient ainsi une occasion de se venger de leur plus grand rival dans l’océan pacifique, en les faisant disparaître de la carte. Il comptaient sur l’isolationnisme traditionnel de l’Amérique, et déclenchèrent finalement une attaque aérienne sur Pearl Harbor le 07 décembre 1941 .Après avoir tenter pendant plusieurs années d’imposer la ‘’pax japonica’’ , le japon se devait de conquérir militairement ce qui le repoussait en Asie, ou qui essayait par tous les moyens de le retenir. Il se plaçait donc directement en position de conflit avec les occidentaux, notamment les américains , qui empêchaient la ‘’sphère de coprospérité’’.

 

III) OPPOSITIONS

 

1- De l’intérieur

 

Il y’a eu effectivement une opposition de l’intérieur du Japon quant à leur politique expansionniste en Chine. Certains militaires ont affirmés qu’ils faisaient de ceux qui se sont opposés mais désavoués par l’Etat majore de l’armée impériale. L’opposition émergeait généralement se sont plaints de l’attitude désobéissante des militaires. Cela a causé la mort du 1er ministre Japonais INUKAI, assassiné en 1932 pour avoir désapprouvé dans un discours l’envoi de nouvelles troupes en Chine, et a occasionné des attaques préméditées de certains membres du gouvernement. L’armée étant au pouvoir, elle a outre passé ces oppositions en justifiant ses actions et ses décisions prises comme étant dans l’intérêt de tous les Japonais.

 

2- De l’extérieur

 

De l’extérieur, les occidentaux se sont opposés à l’expansionnisme japonais pour protéger leurs intérêts commerciaux et par conformisme à l’opinion internationale qui condamnait le Japon. Les Etats-Unis par exemple ont prévu un plan de guerre ‘‘orange’’ au cas où le Japon attaquerait les Philippines. Aussi, deux traités ont été signés en vue de limiter l’armement et les effectifs maritimes Japonais. L’opposition se voit aussi à travers la condamnation du Japon par la SDN (Sociétés Des Nations) en 1932. Après ces tentatives échouées, les occidentaux vont s’allier et s’opposer.

 

CONCLUSION

 

En conclusion, la participation de l’Empire Japonais à la Seconde Guerre mondiale était la conséquence logique de la politique étrangère qu’il a suivie depuis le début au XXe siècle. La confrontation avec les Etats-Unis et les puissances occidentales était inévitable en raison du ut poursuivi par les Japonais, soit de créer un ordre nouveau en Asie oriental, une ‘‘sphère de coprospérité’’ regroupant les Japonais les Occidentaux. Cette vision expansionniste avait profité de la montée du Japon pendant les trente premières années du XIXe siècle pour s’affirmer face aux autres nations dans le Pacifique Ouest. De là, l’invasion en règle de la Chine entrait dans la deuxième phase du plan, ce qui amènerait tôt ou tard à une confrontation avec les puissances japonaise, elles n’ont jamais été capables de le faire reculer.

 

 

Exposé complet sur l’alcoolisme (causes conséquences solutions)

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

INTRODUCTION

  • CAUSES DE L’ALCOOLISME
  • CONSEQUENCES DE L’ALCOOLISME
  • PROPOSITIONS DE SOLUTIONS

CONCLUSION

 

INTRODUCTION

Dans notre société, l’alcool, qui est un liquide incolore et volatile obtenu par la distillation de jus sucrés fermentés affiche son omniprésence : des fêtes aux repas jusqu’ à certains rites religieux. Il n’est donc pas surprenant que ses dangers soient sous-estimés voire ignorés. Aussi selon notre sondage 91% des lycéens ont déjà consommé de l’alcool dont 19 % boivent régulièrement.

Ce constat nous incite alors à nous interroger sur les effets et conséquences de l’alcool dans notre société.

Nous évoquerons d’abord les effets de l’alcool sur l’organisme puis ses conséquences sur le comportement et enfin nous verrons que l’alcool est une drogue sous-estimée.

  • CAUSES DE L’ALCOOLISME

L’alcoolisme ou « trouble de l’usage d’alcool » est une affection médicale. Bien que la cause exacte de l’alcoolisme soit inconnue, des études ont montré qu’il est de plus en plus prouvé que la prédisposition à cette maladie peut être héréditaire et que les risques d’en être atteint augmentent de façon importante chez les familles dont des membres (notamment les parents et les frères et sœurs) ont une dépendance à l’alcool.

Les autres facteurs de risque comprennent…

 

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 3€ (2000 FCFA) , taxes inclues. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

Exposé complet sur l’illusion, la désillusion et la délinquance dans Maimouna d’Abdoulaye Sadji

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

PLAN
INTRODUCTION :
I- BIOGRAPHIE ET BIBLIOGRAPHIE DE L’AUTEUR
1- Biographie
2- Bibliographie
II- Résumé de l’œuvre
III- PRESENTATION DES PERSONNAGES
1) Les personnages principaux
2) Les personnages secondaires
IV- ANALYSE THEMATIQUE DE L’ŒUVRE
1. Les thèmes principaux : l’illusion, la désillusion et la délinquance.
2. Les thèmes secondaires
V- LE CADRE SPATIO-TEMPOREL
1- L’espace
2- Le temps
VI- LE STYLE DE L’AUTEUR
CONCLUSION :


INTRODUCTION :


Maimouna est un roman écrit par un très grand auteur africain qui a su marqué son temps de par ses œuvres. En effet ABDOULAYE Sadji a appartenu au courant de la négritude mais a su poursuivre sa lutte jusqu’au bout mais de manière littéraire. . Assurément, Maimouna pure puis égarée, à l’innocence violée, est l’allégorie d’une Afrique en transition qui à la veille des indépendances se devait de se ressaisir. C’est le cas de l’histoire de la jeune innocente Maimouna, qui fait l’objet de notre étude aujourd’hui.


I- BIOGRAPHIE ET BIBLIOGRAPHIE DE L’AUTEUR


1- Biographie
Son père Demb Sadji, marabout, est originaire de Latminguè, un village sérère situé dans la région de Kaolack, et sa mère Oumy Diouf est issue d’une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.
Après des études coraniques, il rejoint les bancs de l’école française à l’âge de onze ans, puis fréquente le Lycée Faidherbe avant d’intégrer l’École normale William Ponty. Il devient en 1929 l’un des premiers instituteurs africains et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque, où il occupe ensuite le poste de directeur d’école et d’inspecteur Primaire de 1959 à sa mort, en 1961. En 1932 il défie les autorités coloniales en devenant le deuxième bachelier sénégalais.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Abdoulaye Sadji se lance dans le combat pour l’indépendance de son pays et devient un des pionniers de la Négritude. Loin de la « Négritude du Quartier latin », il pratique la « Négritude intérieure », et c’est à ce titre que Léopold Sédar Senghor dit de lui :
« (…) Abdoulaye Sadji appartient, comme Birago Diop, au groupe des jeunes gens, qui, dans les années 1930, lança le mouvement de la Négritude. Abdoulaye Sadji n’a pas beaucoup théorisé sur la Négritude : il a fait mieux, il a agi par l’écriture. Il fut l’un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, à combattre la thèse de l’assimilation et la fausse élite des « évolués ». Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences. »


2- Bibliographie


Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence africaine, Paris-Dakar et dans de nombreuses revues africaines. Il est également l’auteur d’essais et de contes tels que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore Leuk-Le-Lièvre (1953), en collaboration avec Léopold Sédar Senghor (qui en assure la partie grammaticale). Ces ouvrages témoignent de son attachement et de son intérêt pour la culture africaine.
Ses ouvrages les plus connus et les plus étudiés demeurent Maimouna (1953) et Nini, mulâtresse du Sénégal (19542), deux romans qui relatent le parcours de jeunes femmes africaines qui, à l’image d’un continent en transition, connaissent espoir, doutes et désillusions. Dans ces deux ouvrages, Sadji se livre à une analyse sans complaisance de la société africaine. Il n’en est pas moins un ardent défenseur de son pays et de sa culture (notamment par la création de la première station radio en langue nationale). Cette culture, il la veut perméable et ouverte sur les autres civilisations. En témoignent sa germanophilie (inédite pour l’époque) et le syncrétisme religieux qu’il a ….

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 4,5€ (3000 FCFA) , taxes inclus. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

Exposé complet sur l’amour scolaire et ses conséquences dans les Frasques d’ebinto d’Amadou Koné

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

PLAN
INTRODUCTION
I- BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR
II- BIBLIOGRAPHIE
III- RÉSUMÉ DE L’ŒUVRE
IV- ÉTUDE DES PERSONNAGES :
1- Personnages principaux :
2- Personnages secondaires :
V- ÉTUDE THEMATIQUE :
1- Thèmes principaux
2- Thèmes secondaires

CONCLUSION

INTRODUCTION

Les frasques d’Ebinto (Roman), Paris, Abidjan, Hatier et Ceda, 1978. Ce roman, l’un des plus célèbres en Afrique et dans le monde constitue en fait le second roman d’Amadou Koné. Commencé en 1967 au collège moderne de Grand-Bassam, il est achevé pendant que l’auteur termine le lycée classique d’Abidjan.
Roman d’adolescence, roman d’apprentissage, les Frasques d’Ebinto est l’Histoire d’un garçon doué d’une grande intelligence et aussi d’une grande sensibilité. Ebinto qui rêve d’une réussite éclatante dans la vie voit son rêve brisé après une aventure avec une jeune fille très douce mais qu’il croit ne pas aimer. Obliger d’abandonner ces études pour s’occuper d’une famille qu’il n’avait pas prévue sitôt, Ebinto se transforme en une espèce de monstre. Ce roman a obtenu un très grand succès. Il est au programme des lycées et collèges de la plupart des pays africains francophones.


I- BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR
Fils de Dénbiè Soma (dit Mamadou Koné) et de KahouSirima (dite KaridiaKoulibali), Amadou Koné est né en mai 1953 dans le petit village de Tangora dans le cercle de Banfora, au Burkina Faso actuel.
C’est à Kongodjan, la plantation près d’Ayamé, qu’Amadou Koné grandit en compagnie de ses frères et sœurs1. Il commence ses études primaires en 1958, à l’École Primaire Publique d’Assouba (Aboisso). En 1964, il rentre au Collège Moderne de Grand-Bassam. Il obtient son Brevet d’Etudes du Premier Cycle en 1968. Amadou Koné développe son talent d’écrivain très jeune. Déjà en classe de quatrième, il écrit une pièce théâtrale qui retrace la résistance à la conquête coloniale en Afrique : Samory de Bissandougou. En troisième, il écrit un roman au sujet de la traite négrière : Kaméléfata ou les ennemis de la traite. Amadou Koné est surtout connu pour son oeuvre Les Frasques d’Ebinto, un roman dans lequel il présente un jeune lycéen brillant qui a dû abandonné les études pour assumer la paternité d’une grossesse. Il traite également de la sorcellerie dans Jusqu’au seuil de l’irréel. Après l’obtention de son baccalauréat, il poursuit ses études à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Abidjan. Il continue dans l’écriture et obtient, en 1972, le quatrième prix du Concours Théâtral Inter-Africain2.
Depuis 1997, Amadou Koné enseigne la littérature, la culture et l’histoire africaines à l’université de Georgetown à Washington.


II- BIBLIOGRAPHIE

• Samory de Bissandougou. Théâtre (DAEC, 1970)
• Kaméléfata ou l’ennemi de la traite. Roman
• Les frasques d’Ebinto. Roman (CEDA, 1975)
• Sa sainteté le charlatan. Théâtre
• La foi et le pouvoir. Théâtre
• Jusqu’au seuil de l’irréel. Roman (NEA, 1976)
• Les confessions d’un sorcier. Roman
• De la chaire au trône. Théâtre
• Le respect des morts. Théâtre
• Téréti. Roman
• Nuits du passé. Contes
• La Force de vouloir. Roman écrit en collaboration avec Mary Lee Martin Koné (CEDA, 1978)
• Les Liens. Nouvelles (CEDA, 1980)
• Traites, sous le pouvoir des Blakoros, I. Récit (NEA, 1980)
• Courses, sous le pouvoir des Blakoros, II. Récit (NEA, 1982)
• Les Canaris sont vides. Théâtre (NEA , 1983)
• Les Canaris sont vides. (CEDA, 1985)
• Les Coupeurs de têtes. Roman (CEDA Sepia, 1999)
• Sigui, Siguila, Siguiya. Théâtre (Malaïka, 2006)
• L’Œuf du monde. Roman (NEI CEDA, 2010)

III- RESUME DE L’ŒUVRE
Les frasques d’Ebinto d’Amadou kone nous parle d’un jeune garçon EbintoMenzan et d’une jeune fille Monique. Ils sont deux adolescents qui ont passé leur enfance ensemble. Ils jouaient souvent ensemble comme un frère et une sœur. Ebinto ne l’avait jamais regardé comme une fille qu’il pouvait désirer. Pour des raisons…

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 4,5€ (3000 FCFA) , taxes inclues. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

Exposé complet sur les pesanteurs sociales dans Une si longue lettre de Mariama Ba

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

INTRODUCTION
I- ÉTUDE DE L’AUTEUR ET DE L’ŒUVRE
1- Auteur
– Bibliographie
2- Résumé de L’œuvre
II- ÉTUDE des personnages
1. Les personnages principaux
2. Les personnages secondaires :
III- ÉTUDE THEMATIQUE
1- Thème principal: Les pesanteurs sociales
2- Thèmes secondaires
IV- STYLE DE L’AUTEUR
CONCLUSION


INTRODUCTION
Dans une si longue lettre le thème de l’éducation occupe une place de choix et cela on ne s’aurait l’amputer au métier de l’auteur qui est à la fois enseignante et écrivaine. En effet l’acception globale de l’éducation montre quelle peut être conçue comme l’enseignement des règles de conduites, sociales et formation des facultés physiques, morales et intellectuelles qui président la formation de la personnalité de l’homme. Ainsi dans notre analyse, nous nous évertuerons de montrer à travers une si longue lettre que l’école, la famille et la société sont des lieux privilégiés de transmission des connaissances. Nonobstant les tares de cette société l’artiste doit porter son regard critique et constructif sur la transmission des valeurs sociétales sans lesquelles l’humanité serait en décadence.
I- ETUDE DE L’AUTEUR ET DE L’ŒUVRE
1- Auteur
– Biographie
L’auteur Mariama Bâ est né en 1929 au Sénégal. Ayant perdu sa mère, et son père étant ministre de la santé, elle est élevée par ses grands-parents dans un souci de strict respect de la religion musulmane traditionnelle. Ces grands parents sont aisés, son grand père est Lébou de Dakar. Ils possèdent même une grande mosquée. Mariée, divorcée, puis remariée, elle a été l’épouse du député Obeye Diop. Ces deux unions lui ont donné neuf enfants.

Au niveau de ces études, elle fait ces classes primaires à l’école des filles. Après avoir eu son certificat d’étude, généralement une jeune fille arrête l’école. Mais elle veut être secrétaire. Cependant, la directrice de l’école des filles la retire de la cour pour qu’elle s’inscrive à l’école Normale de Rufisque afin qu’elle devienne institutrice car elle sait que Mariama Bâ a d’énorme capacités intellectuelles. La directrice devra pourtant se battre contre la famille de la jeune fille pour qu’ils la laissent continuer ses études. Elle obtiendra son diplôme d’institutrice en 1947 et elle gardera de cette époque un immense lien avec la directrice de l’école Normale, Mme Legoff ainsi que toutes les jeunes filles qui passeront dans son école. Ainsi des années plus tard se crée l’amicale Germaine Legoff, une amicale composée de toutes les anciennes normaliennes pour que le nom de leur ancienne directrice soit donné à l’école, ce qui est accepté par les autorités Sénégalaises.

Au niveau professionnel, après avoir obtenu son diplôme elle fait ses premiers pas dans l’enseignement à l’école de Médine. Elle va enseigner pendant douze ans jusqu’au moment où elle tombe malade et qu’elle est affectée à l’inspection régionale fde l’enseignement du Sénégal.
Elle y travaille toujours quand elle publie son livre.
Au même moment, elle fait partie de plusieurs associations féministes comme Soroptimiste International, le Club de Dakar, et le Cercle Fémina. En effet Mariama Bâ…

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 4,5€ (3000 FCFA) , taxes inclues. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

 

Exposé complet sur la Religion dans une si longue lettre de Mariama Ba

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

INTRODUCTION
I- ÉTUDE DE L’AUTEUR ET DE L’ŒUVRE
1- Auteur
– Bibliographie
2- Résumé de L’œuvre
II- Études des personnages
1. Les personnages principaux
2. Les personnages secondaires :
III- ÉTUDE THEMATIQUE
1- Thème principal : La religion
2- Thèmes secondaires
IV- STYLE DE L’AUTEUR
CONCLUSION


INTRODUCTION
Dans une si longue lettre le thème de l’éducation occupe une place de choix et cela on ne s’aurait l’amputer au métier de l’auteur qui est à la fois enseignante et écrivaine. En effet l’acception globale de l’éducation montre quelle peut être conçue comme l’enseignement des règles de conduites, sociales et formation des facultés physiques, morales et intellectuelles qui président la formation de la personnalité de l’homme. Ainsi dans notre analyse, nous nous évertuerons de montrer à travers une si longue lettre que l’école, la famille et la société sont des lieux privilégiés de transmission des connaissances. Nonobstant les tares de cette société l’artiste doit porter son regard critique et constructif sur la transmission des valeurs sociétales sans lesquelles l’humanité serait en décadence.


I- ETUDE DE L’AUTEUR ET DE L’ŒUVRE
1- Auteur
– Biographie


L’auteur Mariama Bâ est né en 1929 au Sénégal. Ayant perdu sa mère, et son père étant ministre de la santé, elle est élevée par ses grands-parents dans un souci de strict respect de la religion musulmane traditionnelle. Ces grands parents sont aisés, son grand père est Lébou de Dakar. Ils possèdent même une grande mosquée. Mariée, divorcée, puis remariée, elle a été l’épouse du député Obeye Diop. Ces deux unions lui ont donné neuf enfants.

Au niveau de ces études, elle fait ces classes primaires à l’école des filles. Après avoir eu son certificat d’étude, généralement une jeune fille arrête l’école. Mais elle veut être secrétaire. Cependant….

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 4,5€ (3000 FCFA) , taxes inclues. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

Exposé complet sur la condition de la femme dans Maimouna d’Abdoulaye Sadji

NB: Les documents mis à disposition sur ce site sont des documents à exploiter, autrement dit des compléments pour parfaire votre travail. Ils ne sont pas faits pour être présentés à l’état.

PLAN
INTRODUCTION :
I- BIOGRAPHIE ET BIBLIOGRAPHIE DE L’AUTEUR
1- Biographie
2- Bibliographie
II- Résumé de l’œuvre
III- PRESENTATION DES PERSONNAGES
1) Les personnages principaux
2) Les personnages secondaires
IV- ANALYSE THEMATIQUE DE L’ŒUVRE
1. Le thème principal :
2. Les thèmes secondaires
V- LE CADRE SPATIO-TEMPOREL
1- L’espace
2- Le temps
VI- LE STYLE DE L’AUTEUR
CONCLUSION :

INTRODUCTION :
Maimouna est un roman écrit par un très grand auteur africain qui a su marqué son temps de par ses œuvres. En effet ABDOULAYE Sadji a appartenu au courant de la négritude mais a su poursuivre sa lutte jusqu’au bout mais de manière littéraire. . Assurément, Maimouna pure puis égarée, à l’innocence violée, est l’allégorie d’une Afrique en transition qui à la veille des indépendances se devait de se ressaisir. C’est le cas de l’histoire de la jeune innocente Maimouna, qui fait l’objet de notre étude aujourd’hui.


I- BIOGRAPHIE ET BIBLIOGRAPHIE DE L’AUTEUR


1- Biographie
Son père Demb Sadji, marabout, est originaire de Latminguè, un village sérère situé dans la région de Kaolack, et sa mère Oumy Diouf est issue d’une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.
Après des études coraniques, il rejoint les bancs de l’école française à l’âge de onze ans, puis fréquente le Lycée Faidherbe avant d’intégrer l’École normale William Ponty. Il devient en 1929 l’un des premiers instituteurs africains et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque, où il occupe ensuite le poste de directeur d’école et d’inspecteur Primaire de 1959 à sa mort, en 1961. En 1932 il défie les autorités coloniales en devenant le deuxième bachelier sénégalais.
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Abdoulaye Sadji se lance dans le combat pour l’indépendance de son pays et devient un des pionniers de la Négritude. Loin de la « Négritude du Quartier latin », il pratique la « Négritude intérieure », et c’est à ce titre que Léopold Sédar Senghor dit de lui :
« (…) Abdoulaye Sadji appartient, comme Birago Diop, au groupe des jeunes gens, qui, dans les années 1930, lança le mouvement de la Négritude. Abdoulaye Sadji n’a pas beaucoup théorisé sur la Négritude : il a fait mieux, il a agi par l’écriture. Il fut l’un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, à combattre la thèse de l’assimilation et la fausse élite des « évolués ». Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences. »


2- Bibliographie


Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence africaine, Paris-Dakar et dans de nombreuses revues africaines. Il est également l’auteur d’essais et de contes tels que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore Leuk-Le-Lièvre (1953), en collaboration avec Léopold Sédar Senghor (qui en assure la partie grammaticale). Ces ouvrages témoignent de son attachement et de son intérêt pour la culture africaine.
Ses ouvrages les plus connus et les plus étudiés demeurent Maimouna (1953) et Nini, mulâtresse du Sénégal (19542), deux romans qui relatent le parcours de jeunes femmes africaines qui, à l’image d’un continent en transition, connaissent espoir, doutes et désillusions. Dans ces deux ouvrages, Sadji se livre à une analyse sans complaisance de …..

Vous avez fini de lire le contenu gratuit, pour télécharger la totalité de l’exposé il faut payer 4,5€ (3000 FCFA) , taxes inclus. Vous pouvez payer par Mobile Money ou Carte bancaire en cliquant ici sur :


Un souci ? Contactez le service client au +226 56011423 (WhatsApp Uniquement)

Comment rédiger un rapport

Introduction

En droit, le terme rapport a plusieurs sens spécialisés, dont celui d’exposé des motifs, de rapport de présentation d’un décret ou d’une ordonnance. Un rapport est un document décrivant sommairement une situation, des événements ou des phénomènes. Un rapport peut être également perçu comme rapport technique ou rapport de projet. Il s’agit ici d’un outil de travail. Le rapport professionnel : Il est établi dans le but de proposer des solutions à un problème (ce qui le distingue du compte rendu, qui présente le problème sans exposer de solution)

Les mentions obligatoires qui figurent dans ce type de rapport sont : Auteur (ou service ou entreprise) ; Destinataire ; Date ; Objet.

A quoi sert un rapport ?

Le rapport permet à son destinataire de prendre la décision d’agir.

La rédaction d’un rapport répond dans la plupart des cas à une demande du manager qui a besoin de s’informer sur une question pour prendre une décision.

Toutefois, une assistante peut très bien rédiger un rapport de sa propre initiative. C’est une façon très professionnelle de présenter une proposition (réorganisation ou achat d’un matériel, par exemple) à son manager.

Il y a différents types de rapports, le plan peut varier en fonction du type de rapport. Toutefois la méthode que je vous propose s’applique dans tous les cas.

La cueillette et le traitement des informations

Rassemblez toutes les informations dont vous disposez : informations internes, externes, notes, comptes rendus. Ne sélectionnez ensuite que les éléments essentiels.

L’élaboration du plan

1. Introduction

Le rapport doit évidemment comprendre une introduction qui indique l’objet du rapport, son intérêt et son importance. Soyez brève, précise et surtout complète au cas où vous devriez en faire une relecture plusieurs mois plus tard.

2. Le développement

Le développement est le cœur de l’analyse et se compose de trois segments distincts : l’énoncé du constat et des faits entourant la situation, l’analyse des faits, les points positifs et les points négatifs et, finalement, les recommandations pour régler la situation exposant clairement leurs avantages, inconvénients et les moyens pour les mettre en œuvre. L’argumentation doit être solide.

3. La conclusion

Troisième partie du plan : la conclusion. Elle doit être une réponse à la question posée. Vous devez reprendre vos recommandations et mettre l’accent sur la solution trouvée.

La rédaction finale

La forme est importante pour faciliter la lecture, ne l’oubliez pas. Vos phrases doivent être courtes, le vocabulaire précis et les paragraphes bien structurés. Les intertitres doivent évoquer clairement les différentes parties. Vous avez des informations complémentaires ? Pour alléger le texte, mettez-les en annexe à la fin du document. Pensez aussi aux tableaux et aux graphiques qui peuvent aider la compréhension. Finalement, si votre rapport fait plus de trois pages, assurez-vous d’intégrer un sommaire.

Exposé complet sur “la communication d’entreprise : cas de Airtel Burkina”

INTRODUCTION


La communication est l’action de communiquer, d’établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu’un. Elle peut aussi désigner l’ensemble des moyens et techniques permettant les diffusions d’un message auprès d’une audience plus ou moins vaste, ou l’action pour quelqu’un ou une organisation d’informer et de promouvoir son activité auprès d’autrui d’entretenir son image par tout procédé médiatique.
Dans le cas d’une entreprise la communication devient une action visant à informer et promouvoir l’activité de celle-ci auprès du public, d’entretenir son image à travers un procédé (médiatique). C’est pourquoi les entreprises se dotent d’une structure de communication qui tendra à faire connaitre leurs prestations et leurs activités mais aussi à booster notoriété et image.

Présentation de la société Airtel Burkina SA
Airtel est une entreprise indienne présente dans 20 pays et compte plus de 280 millions d’abonnés dans le monde. Elle est la 4è plus grande téléphonie mobile en termes de clients dans le monde. Très implantée en Afrique, Airtel Burkina compte plus de 5 millions d’abonnés au Burkina. En plus, elle est le leader au Faso.
Airtel Burkina SA est une filiale du groupe Bharti Airtel ; et offre des services de télécommunications selon les besoins comme prépayé, post payé, mobile internet, haut débit, la 3.75, etc. en plus de ces activités de communications, elle s’investit dans l’éducation, la santé, le sport… la société se place en tête au Faso avec un taux de plus de 40% s’expliquant par une communication bien réussite qui touche le maximum de burkinabè.


LA COMMUNICATION INTERNE


La communication se définit comme étant un outil familier et quotidien pour exprimer nos besoins : besoins d’une communication efficace. Pour tout chef d’entreprise qui désire la pérennité de son entreprise se doit de favoriser un climat social favorable pour ses agents afin qu’ils puissent travailler dans de meilleurs conditions. Et ceci ne manque pas à Airtel Burkina SA.Comme nous le savons, parmi les outils dont disposent les dirigeants, il ya la communication qui permet d’établir un rapport favorable de dialogue entre les agents.
Ainsi à Airtel tout est coordonnés de façon à ce que toute information venant de l’administration soit transmise aux travailleurs dans le bref de temps possible. On distingue :


AU PREMIER PLAN

les mails à travers internet ;
la messagerie SMS ;
les panneaux d’affichages ;
les réunions de services (chaque semaine). La réunion est l’un des outils de communication interne le plus utilisé, c’est aussi un lieu de travail qui consiste en l’échange d’informations en vue d’atteindre un objectif, des résultats. Et aussi, le réseau téléphonique qui annule les distances entre les interlocuteurs.

AU SECOND PLAN

les assemblés généraux du personnel (chaque trimestre) ;
les business reviews qui sont des rencontres Directeurs – managers ;
le journal interne qui se fait mensuellement ;
la boite à idée qui est mal connue par le personnel ;
les fêtes, à travers l’arbre de Noel avec les enfants du personnel, les mariages ;
les évènements internes et même les activités sportives en font également partie.


LA COMMUNICATION EXTERNE
Tout entrepreneur a l’ambition d’accroitre son entreprise et Airtel Burkina SA a le souci d’accroitre le nombre d’abonnés ; c’est l’un même des objectifs que se pose la société. Pour se faire;elle doit répondre à certaines questions telles que : comment y parvenir ? Comment donner une bonne image de l’entreprise pour favoriser son adhésion et son acceptation par le publique ?
Beaucoup d’actions sont menées dans ce sens pour favoriser la fluidité des relations entre Airtel et ces abonnés.


LA COMMUNICATION DE MASSE
La plupart des supports de communication traditionnels tels que:
la radio ;
la TV (R.T.B, CANAL3, BF1…) ;
presse(sidwaya, l’Observateur paalga…) ;
Affichage ;
Cinéma ;
Ils sont utilisés par Airtel pour faire la promotion de ces biens et services dans le but d’amener le client à changer de comportement vis-à-vis du produit. La plaquette : c’est un support de communication qui présente l’institution, ses prestations, ses actions.

LA COMMUNICATION HORS MEDIA
Airtel Burkina est depuis quelque années le sponsor officiel des étalons ;et en tire profit vu l’engouement de la population burkinabè pour le football. Ainsi lors d’un match tout le Burkina vibre aux couleurs de la société au grand bonheur de celle-ci qui se voit de plus en plus comprise et adopter par la population. En terme de sponsoring Airtel sponsorise la music en signant des contrats avec des artistes ambassadeur comme FLOBY, SMARTY ;sponsorise la culture puise qu’elle est le sponsor des kundés ; au foot on a comme ambassadeur BANCE ; PITROIPA, Bertrand et Alain TRAORE, Bakary KONE,…
Airtel jeune talents est un tournoi de football des jeunes filles et garçons de moins de 17 ans, organisé chaque vacance. Cet évènement joue une grande place dans l’image de la société du faite qu’il touche pratiquement les jeunes. Ainsi la société profit vendre ses services.

Airtel force one est un programme initié par Airtel Burkina et se trouvant être un podium musical qui parcourt les quartiers du Burkina pour offrir des concerts aux artistes locaux et cela se fait aux couleurs de Airtel.

Internet : Pour être présent sur la toile Airtel présente un site web : http : //africa-Airtel.com/…/Burkina et une page Airtel Burkina sur les réseaux sociaux : Facebook, twister,…

Airtel trace music star a été initié pour permettre aux jeune de chanter (ou d’apprendre à chanter),de s’exprimer dans l’objectif d’obtenir leur adhésion. Airtel organise des dinés gala avec les partenaires,et fait le marketing direct et le one to one.

Airtel money est un programme que la société a initié pour faciliter le payement des factures sans avoir besoin dese déplacer. Ce programme permet également un envoi rapide de l’argent dans les quatre points du pays.

L’évènementiel est un outil de communication hors-média, interne ou externe, utilisé par une entreprise ou une institution ou toute autre organisme.C’est un vecteur d’image pour les organismes qui utilisent ce concept. Elle a pour fonction première de réunir les hommes et de créer un réel espace de communication. Comme exemples d’évènement nous avons l’inauguration des réalisations d’Airtel, semaine nationale de l’internet, …



CRITIQUES ET SUGGESTIONS


La politique de communication interne et externe de Airtel Burkina SA permet à cette structure de mieux véhiculer ses messages tant au niveau personnel, des partenaires sociaux qu’au niveau du grand public. Cependant toute œuvre n’étant pas parfaite, cela nous a permis de relever certaines insuffisances que nous mettons en exergue à travers ces critiques.
CRITIQUES

ELEMENTS POSITIFS


L’opération médiatique des activités d’Airtel vise surtout à se rapprocher du public et à anticiper tout évènement ou fait pouvant avoir une incidence positive sur l’institution.

Par le biais de la communication externe, Airtel a mis en exergue un management par l’image dans le but de diffuser une image globale, claire et homogène d’elle et ses produits. A ce titre la direction en charge de la communication est à la conception des supports utilisés tels que les plaquettes, le site internet, l’intranet…


Grâce à l’internet et à l’intranet, la structure de la communication interne et externe arrive à offrir un cadre d’échange et de dialogue au sein et en dehors de l’entreprise. Cela à conduit à une transmission sécurisée et homogène de l’information au niveau de chaque service.Au niveau du personnel nous avons noté une réelle volonté de leur implication dans la gestion des affaires de l’entreprise.

L’initiative d’Airtel à sponsoriser les ETALONS, la culture… est à encourager puisque par ces gestes la société attire l’attention du public sur sa volonté d’accompagner le Foot Ball Burkinabè. Aussi les initiatives «Airtel Jeune Talents », « Airtel Force One » et « Airtel Trace Music Star » permettent respectivement de faire des prestations de service autour des matchs de Foot Ball regroupant des milliers de supporteurs ; d’afficher plus l’image de Airtel dans le pays et aux jeunes d’exprimer leurs talents d’artiste partout où ils s’y trouvent.


A travers le site internet, Airtel touche une grande partie de la population en favorisant un espace de dialogue et d’échange avec ses clients.

ELEMENTS NEGATIFS


D’après ce que nous avons comme information, c’est que à l’interne de la société certains supports sont méconnus par le personnel tel est le cas de la boite à dialogue. On note le non-respect des délais des affiches et de livraisons. La qualité du réseau Airtel a une incidence sur la société en termes de nombre de clients malgré la qualité de leurs publicités.

La direction chargé de la communication se confronte souvent à des problèmes de financement pour l’atteinte de leur objectifs inscrivent dans la stratégie de communication.


Les publicités d’Airtel s’adressent, dans la plupart de temps, aux citadins or la population villageoise occupe plus la moitié de la population du pays. Et aussi mois sont ceux qui ont les moyens pour s’en accaparer mais on pourra dire que cela est peut être compensé par les envois de messages d’information sur les phones et les émissions sur les radios.



SUGGESTIONS.


En dépit des éléments positifs que présente la société Airtel, nous constatons des insuffisances à combler. Raison pour laquelle, il est aussi important pour nous de faire des suggestions. Ces suggestions permettront d’atteindre un certain nombre d’objectifs dont le rapprochement de l’entreprise du public et l’amélioration de son image de marque.
Au niveau du réseau, Airtel doit travailler sur la qualité de son réseau de sorte à fournir une très bonne connexion à ces clients et une bonne communication téléphonique.

En tant que leader au Burkina Faso, Airtel se doit de doter d’une politique de communication performante. Ceci passe par la mise en place d’une politique de promotion visant non seulement à la faire connaitre et améliorer son image.

Airtel Burkina doit aussi équiper chaque personnel des zones décentralisées de poste transistor (radio) pour le suivi des avis et communiqués effectués par l’entreprise sur les différentes chaînes de radio de la place.

Au niveau de la couverture médiatique, la compagnie peut faire paraitre régulièrement des dossiers dans la presse sur les services qu’elle propose à sa clientèle. Organiser des débats à la télévision et dans les radios se rapportant aux activités de l’entreprise pour amener la population à bien la connaitre, car on entend souvent dire « je ne sais pas quel réseau je vais prendre ? » montrant ainsi la méconnaissance de nos réseau de communications.

Pour ce qui concerne les sponsorings d’Airtel, nous suggérons une règlementation de cela car ce partenariat risque d’être mis à mal si l’on n’y prend pas garde du fait que le stade du 4 Aout est devenu si l’on peut le dire une « agence Airtel » vu les affiches (images en couleur) que nous voyons des mûres.
Certains supports comme les salons web, les forums (trop formel selon Airtel) doivent êtrepris en compte dans la mesure où cela permet d’être en contact avec un large public.

CONCLUSION

Au terme de notre travail, nous pouvons dire que la société Airtel dispose pas mal de moyens financiers dans l’accomplissement de ses objectifs.

En effet, le thème soumis à notre étude, nous a permis de cerner, sinon d’avoir une visionclaire des supports utilisés par Airtel pour attirer l’attention du public sur ses services et produits.

Bien que l’entreprise en elle-même présente des avantages et un niveau de
rentabilité assez remarquable, Airtel se doit de se doter d’une politique
de communication performante.

Toute chose passe par la mise en place d’une politique de promotion visant nonseulement à la faire connaître et améliorer son image.

Nous espérons que les suggestions apportées dans le cadre de notre travailpourront contribuer au renforcement de la politique de communication interne etexterne mise en place par la société Airtel Burkina SA, afin de donner entière satisfaction à cette dynamique Institution.

Sources :
http://africa.airtel.com/…/Burkina-Faso
http://www.wikipedia.com
Remerciement:
Ismaël TRAORE
Chef de service de la communication à Airtel.

Faire du Trading en Afrique (généralités)

INTRODUCTION

Que des africains réussissent à devenir millionnaires en tradant des devises ou perdent de l’argent par manque de connaissance sur vos plateformes ne nous regarde pas. Par contre nous souhaitons il faut rester vigilants et s’abonner à des plateformes de trading en ligne sérieuses et régulées par une autorité des marchés financier.

I-LE TRADING PEUT IL VRAIMENT MARCHER EN AFRIQUE ?

Comme partout il y en a. Comme dans toutes les activités sulfureuses ou il y a beaucoup d’argent, les scammeurs sont souvent des brokers qui ont tout perdu et qui ne supportent pas la défaite. Ce pourquoi nous avons choisi de mettre en ligne cette plateforme comparative qui répertorie les meilleurs broker forex d’Afrique. En conclusion le but recherché par tout trader est de trouver un courtier de confiance.

II-QUEL BROKER CHOISIR ?

Le choix est à considérer en fonction du type de trader que l’on est et du volume de transactions réalisées par semaine ou par mois. En effet, si l’on est un “trader intraday”, il vaut mieux privilégier un broker avec de faibles coûts de transaction. Si on est un trader africain qui prend des positions à long terme, alors le bonus a un intérêt. Quoi qu’il en soit, le choix de la plateforme compte aussi car son ergonomie doit être épurée et pourtant rassembler tous les indicateurs et outils permettant au trader de réaliser ses trades. La méthode du “scalping” est évidemment à déconseiller aux débutants qui doivent se faire la main sur quelques gains gagnants, parfois ne serait-ce que quelques pips sur un trade.

CONCLUSION

Les fluctuations de prix sur le marché des changes international se passent sans cesse et les cotations changent chaque seconde ce qui permet aux traders d’effectuer beaucoup d’opérations spéculatives dans les délais très courts. Forex est un marché des changes international qui permet de profiter de fluctuations de prix mais n’est pas approprié à tous les investisseurs. D’abord il faut que vous vous familiarisiez avec ses principales idées et essayiez vos forces sur un compte démo.

Source :

https://fr.liteforex.com/beginners/

https://admiralmarkets.com/fr/formation/articles/base-du-forex/meilleur-site-de-trading-forex-en-ligne